Jean-Paul Schmitt


 


Sens le parfum des bouquets d’instants
 
Dans l’ombre des bonheurs et des fleurs
Entends le vent disperser les heures
Et des cantiques et des douleurs
Et d’innombrables amours qui meurent
 
Sens le parfum des bouquets d’instants
 
L’or des jours déjà dans les ténèbres
Écrit de son encensoir funèbre
L’équation aux multiples algèbres
Que seuls résoudront d’étranges vêpres
 
Sens le parfum des bouquets d’instants

 .
NM JONQUILLES ET JACINTHES – Huile sur toile 70x70 cm – avril 2021
Huile au couteau -Polyptyque du JARDIN DE LA SABLIÈRE (270x180 cm - 6 toiles de 90x90 cm) - montage









Bon, d'accord, elle n'est pas (encore) au Louvre ni au Metropolitan, mais elle vous attend...







Noyer ce que je vois dans tes yeux
Dans l’océan limpide et profond
Où toutes les peines se défont
Et mourir de la joie d’être deux
INTIMITÉ VII – 38x55 cm – huile sur toile – janvier 2021
JARDIN DE LA SABLIÈRE (Polyptique 1) – huile sur toile 90x90 cm – janvier 2021
 






Au passage des Ayats, une ceinture d’iris tombée du dernier des nuages bordait l’âme du lieu.
Les ombres chantaient. Le soleil et le vent apportaient d’anciennes images d’édens.
Les fleurs ponctuaient de nostalgie les pierres du chemin ligure.








Au coeur de la pénombre étrange d’un vieux bouge
Que la lumière grave d’ombres avec sa gouge
Résonnent les rires joueurs des Parques rouges
Qui blessent mes songes du tranchant de leur vouge

CAFÉ XXXIX (Chez Merisi II)  - Huile au couteau sur toile 116x89 cm – 2021
CAFÉ XL – Huile au couteau sur toile 55x46 cm – 31 décembre 2020
 
 







Elle vole dans les nuages du net.

Le rose sur ses seins met au noir mes gris de coeur. Jambes longues sur le cuir. Tintements assourdis du bar. Rêves de rouge à lèvres sur les tasses qu’on lave.

Les pas sonores sur les pavés dehors mesurent ma fièvre au pouls de la ville
.
Est-ce à Lyon, rue Childebert, ou dans ma mémoire effilochée ?

Lettre d'information:
Artmajeur's Mailinglist

Créé avec Artmajeur