Jean-Paul Schmitt

La Sablière – huile sur toile – 40x50 cm – février 2020

Ruminer la peinture hors des étables-ateliers. Jusqu’à en déchirer la nuit en feuilletant le registre secret des vieux rêves.
Continuer à chercher la Pax Bovina qu’on sait inaccessible.
Laisser l’humidité des museaux souffleurs poser sur le lin d’acrylique pleurs. Laisser les peurs et les colères sur d’antiques prétextes. Laisser revenir l’onctueuse présence des huiles saintes.
Retrouver les soleils obliques, les lumières rasantes, les éclats d’enfance paysanne.
Laisser couler l’ombre du paysage jusque dans l’âme et, dans le vaste chemin de lumière, avec elle sur le creux du cœur se relever à nouveau. Ressuscité.

Contrée ancienne, aux tours qui insistent
tant que les carillons se souviennent -,
aux regards qui, sans être tristes,
tristement montrent leurs ombres anciennes.

Vignes où tant de forces s'épuisent
lorsqu'un soleil terrible les dore ...
Et, au loin, ces espaces qui luisent
comme des avenirs qu'on ignore.

Rainer Maria Rilke




Une rose à la main
Loin des ombres qui dansent sur les jours heureux
Silhouettes fugaces
Dionysiaques mélopées
Le temps est aux fleurs et au vin
Nous retournerons dans les chemins anciens où les ronces pleurent notre absence
Une rose à la main
.
Café XXXII (Une rose à la main) – 90x90 cm – huile couteau sur toile – février 2020
Festi’vache – Huile au couteau sur toile 89x116 cm – janvier 2020



Des formes colorées pareilles à la vie

Dansent folles sur l’écran de foules étranges

Illusions du temps donnant gentiment le change

Les dix mille choses de l’Un vont à l’envie

Paysage d'hiver X - 30x30 cm janvier 2020
Du bord des bois l’hiver écrit sa lettre de rupture au temps. Plume d’or sur papier blanc. Encre parme entre les troncs.

« Cher Temps,
Il est temps de tempérer nos élans. D’autant que tu as mis sur moi tes outrages. Longtemps je t’en ai voulu de tempérer l’éternité en me cachant tes aventures avec Présent. D’ailleurs, depuis longtemps j’ai moi aussi de belles amours avec Printemps. Nous avons un enfant. Il s’appelle Maintenant.

Je sais que tu ne m’en voudras pas.
Écris-moi de temps en temps.

Hiver et Maintenant».






Le chant de l’hiver a le ton des enfances. Il flotte étouffé au fond des chemins frais et profonds, sur le lit des mousses, sur le bois des saules et les champs blanchis. Le givre froisse ses sons quand glisse sur la glace un souvenir de souliers cloutés.
Paysage d’hiver IX – Acrylique au couteau sur toile 30x30 cm – 2020
L’odeur des fleurs – dessin et acrylique sur papier format raisin – 2019

Cerisiers aux fleurs d’encens
Tout oublieuses d’hiver
Dans vos parfums vont dansant
Des souvenirs de rivière
Des gourmandises d’enfants
Et le rire de ma mère



 Anne à la guitare – dessin et acrylique sur papier format raisin – 2018
 


Chanson du temps qui court
Chanson du temps d’amours
Délices et orgues
Chanson du temps velours
Chanson du temps qui court
Créé avec Artmajeur