web analytics

Saint Honorat III

Saint Honorat III – huile sur toile 30×30 cm – juillet 2013

Sur la misaine rouge l’été prend des ris.

Les obèses d’avoirs plantent leurs banderilles dans les eaux bleues de l’île où l’on chante complies.

Je voudrais la mer toute nue et qui s’oublie, brûlante virginité, béant paradis, sans les ventres plissés des bateaux alourdis, offerte aux seuls gueux, aux peintres et aux maudits..

Alors que les dents des coques fardées sourient, rayant les vagues d’imbécile comédie, je peins d’or l’insulaire psautier et je prie sous les pins les genoux brisés par les aiguilles.

Je suis l’enfant perdu de l’ile où je naquis il y a dix mille ans au cœur d’amples maquis.

Je suis le sable qui s’écoule étourdi d’entendre la mer chanter au vent de midi.

« En retenant sa salive, en se taillant un chalumeau dans le tuyau froid d’un roseau, on deviendrait dune à écouter la mer »

René Char

Leave a Reply