web analytics

Perdu dans Cassis

Huile sur toile – 40×30 cm – juin 1013

La lumière. Aveuglante.

La mer. Conteuse de mythes.

La Falaise. Haute veilleuse d’aurore. Changeante canaille.

Les vignes. Scarifications claires sous le rempart divin. Rêves de l’ombre des chais. Je boirai bientôt leurs sucs sur des peaux plus parfumées. Espoir d’ivresses.

L’odeur des pins. Transpiration de résine chaude.

L’intimité de midi. Ombres recroquevillées. Premier surgissement de l’abysse.

Le ciel. Flamboiement sur des ermitages.

L’âme. Brûlante.

Le cœur. Lancer de prières dans le vide. Rebonds d’idiote marelle sur le gouffre liquide.

Mon île. Intraitable, inabordable terre. Chaos y renaît sans cesse de l’Abysse. Désespérant.

Les ans. Coulée de bronze dur. Moule fissuré. Matrice du temps suintant l’ironie des fils parricides.

Moi. Statue portant tous les masques. Coryphée muet d’un théâtre invisible. Mime débile de l’inaccessible. Dans le silence tonitruant et aveugle des familles heureuses, j’enterre des larmes de couleur.

Dans la rue déserte, perdu dans Cassis, je descends vers la mer. Des symposiums éternels m’attendent.

2 Responses to “Perdu dans Cassis”

  1. joelle dit :

    j’aime beaucoup la lumiere qui se dégage de votre toile , le choix des couleurs est trés beaux…. bravo ….. <3

Leave a Reply