web analytics

Masque aux tulipes

Acrylique sur toile, 50×100 cm – mars 2011.

Les dieux sont tapis derrière ses yeux mi-clos. Il maintient l’ordre du monde. Illusions.

Illusion d’immanence et transcendance illusoire. Illusion de sérénité. Illusion de maîtrise des orages.

Sa force sollicite l’éternel montreur d’invisible.

Masque vivant. Ailleurs masqué qui s’invite sans crier gare et se greffe sur le visage de celui qui le contemple. Naissance et mort cachées dans le creux du bois sacré. Il faut, par l’œuvre, les unir et, pour elles, faire courir les regards de l’aube au crépuscule.
Un bouquet de tulipes d’Occident les honore de son reflet éphémère.

Un repas pour lui qui les accompagne, à prendre entre les mondes, en souvenir. Amertume pâle des endives, odeur terreuse des navets, fragrance piquante des oignons et des cives, tranche de potiron à la saveur de châtaigne, promesse de jus d’orange frais et doucement acide, parfum sucré de fraises ou de framboises. Pour l’ennui, dans une boîte de fer peint : un jeu magique.

La musique envoûte l’atelier, fortissimo. Les ondes se plantent dans le bois taillé. Elles mènent à la transe.

Le masque du peintre noir pose sur le blanc un sourire étrange. Il règle ma peinture comme un litige au village. Il veille à mes semailles. Il canalise mon ivresse. Il rythme la danse de mes pinceaux. Il scande la course aux rêves qui colorent ma toile et m’épuisent.

Transgresser les interdits et les codes.

Le masque veille : il réparera les malheurs qu’inconscient je cause. Peut-être au prix de la destruction…

Leave a Reply