web analytics

Maître Marc

Acrylique 120×80 cm – octobre 2012

Dans le salon, la musique gitane pétille. Des éclats de cuivres clairs brillent dans les sanglots des violons ivres. Marc semble ne plus l’entendre. Elle est pourtant assourdissante.

Dans quel pays, dans quel songe, dans quel souvenir, sur quel chemin erre-t-il ?

Le silence, celui qui tisse furtif sa trame de fine folie entre les notes de Goran Bregovic s’est étendu en lui, nappe liquide sur des champs d’enfance.

L’artiste est un maître qui rugit silencieusement, le regard fixé sur l’envers du monde qu’il sent frémir sourdement. Dans son esprit, des sons d’avant la voix, des pensées d’avant le langage, des images d’avant la mémoire. L’immarcescible tectonique, dérive des mondes enfouis, appuie sur son âme et écrase le temps.

L‘éclatement adviendra, inévitable. La lumière sera noire ou claire. L’ombre dessinera des passés révolus. Quand il se relèvera de son siège, la folie le prendra peut-être. Ou la mort.

Mais avant, avec un rire d’ogre et un soupir de petit Poucet, il fera sauter un bouchon pour trinquer à la vie, aux jouets, à la gravure, à la peinture, à l’amitié et à l’enfance.

Et il partira, les pieds nus.

Leave a Reply