web analytics

Broyer du blanc…

Encre sur papier – août 2012

Une pipe odorante gravement fume. Pose une brume face à la brune nauséeuse qui hume naseaux au vent nauséabond.

Ah bon ?

Un génie malin et ami a mis à demi sa main sur demain. Il me nargue avec un talent de châtelain de Vauvenargues. Il a le vin rude. Il a le verbe haut. Il a le cœur grand.

La tente est mise. Un vrai barnum. On parle d’Artémise et de sa Danaé damnée. Tempête de poètes qui s’empêtrent. Tempête de peintres sous les cintres des cieux. Tempête de buveurs crus.

Les assiettes vides transpirent. Je soupire. Les chaises s’ennuient. Dans ma caboche de boche un kaléidoscope télescope des souvenirs moches. Une araignée fantasque nichée et foutraque tout à trac me gratte. La bête sur mon âme se trame, gramme, pique et pique et colle au drame.

La pluie est au menu. Salée. Alarme de larmes. Juste après le fromage de brebis. Ça pue le bouc des sacrifices caravagesques d’Abraham.

Broyez du noir. Broyez. Broyez. Dans le noir il y a du blanc. Sec naturellement.

Et de la mortadelle. Adèle ! Une pipe avant que je ne meure !…

Voilà le dessert.

Leave a Reply