web analytics

Après le chaos I

Acrylique et encres sur papier format raisin – juin 2012

Dans la ténèbre primitive, la lumière. Pas une naissance, mais une séparation de ce qui à l’avant du Temps se mêle : obscurité et clarté, ordre et désordre, chaos et harmonie.

Là, git une pensée d’avant la pensée, des bouquets d’étoiles tournoient dans l’ombre d’où montent déjà une fumée, des fleurs et des arômes de fruits.

Les rêves traînent désormais après la nuit. Les quêtes que l’on croyait mortes avec le sommeil se diluent dans les matins tremblants. Rumeurs de peurs vagues. Indicibles regrets.

J’ai pris un papier lourd peint il y a de nombreux mois. Il représentait la place Bellecour enfumée et jaune à la façon d’un Giorda infiniment moins solaire et trop pâle. Je l’ai recouvert d’encres brunes et rouges, cyan et noires jusqu’à ne plus laisser une seule trace raisonnable. Éclipse. Genèse.

Chaos à engrosser.

Du désordre noir et ambre, Pinceau ex Machina trempé dans l’eau d’un étrange baptême a fait advenir l’improbable.

« Pour toi, l’obscurité devient lumière,
et la nuit claire comme le jour ;
ténèbres ou lumière, pour toi c’est pareil. »
Psaume 139,12


One Response to “Après le chaos I”

  1. elsa dit :

    il est superbe ce tableau papa!

Leave a Reply