web analytics

Nature morte au flacon noir

Huile sur toile – 46×38 cm – mai 2012

La vie à grandes fleurs tout doucement s’étale, pétales clairs sur la plage toute grisée de soirs. Cachant le noir qui mange l’envers des miroirs, elle ne donne à voir que ses reflets trop pâles.

Ivre de livres trop tôt dévorés, de discours trop verts, d’idéaux trop rouges et de bouquets cueillis pour des amours trop frêles, sur la toile cirée de mes enfances je pose des roses pour ma mère, pour ses gâteaux à la rhubarbe, pour ses seins lourds et ses bras qui m’enserrent de tendresse.

Les panières sont vides. La métamorphose du bleu prépare l’ombre qui vient.

L’heure qui passe, lumineuse part des anges, monte de la dive sombre et parfume un instant mon âge.

Leave a Reply