web analytics

Chemins de champs

Huile sur toile 65×50 cm – mai 2012

Le chemin monte dans les herbes sèches. D’anciens labours le bordent en traînant leur lassitude, rides creuses et barbe fanée, brûlures des mois de feu. L’eau qui veinait la terre de sa vie verte s’est nichée dans les profondeurs ne laissant aux regards que des crevasses de vieillard. Le soleil gicle sa lumière sur les champs mourants.

Mon esprit se replie quand midi se déploie. Il fuit la fournaise. En quête d’ombre, il cherche la nuit.

Au centre de tous les étés, je sais que l’aiguille du temps pointe une fin sans faim.

Sous l’arbre gris rescapé du vent, j’invente les mondes que je suis et quand d’autres dorent leur face pour un déguisement éphémère, je retrouve dans la course maladroite d’un bousier le souffle frais de l’éternité.

« Chemins qui ne mènent nulle part
entre deux prés,
que l’on dirait avec art
de leur but détournés,


chemins qui souvent n’ont
devant eux rien d’autre en face
que le pur espace
et la saison. »

Rainer Maria Rilke

Leave a Reply