web analytics

La vie éternelle des épluchures

Huile sur toile 27×22 cm – janvier 2012

Mélancolie des épluchures. Elles suintent nostalgiques sur le journal dont l’encre se prend à pleurer. L’odeur crue de leurs larmes végétales dépose en vous les parfums de la terre.

Peaux écorchées que seul Philippe Dereux savait habiller de joie naïve, elles laissent sur vos doigts un souvenir mourant : celui des touchers âpres et sableux d’aïeuls dont les mains calleuses avaient cueilli les cœurs.

Les lames assassines que leur écume tache exhalent des senteurs de fer ; métamorphose vers une inéluctable rouille.

Sur la table que je souille, dans une carafe bleue, j’ai scellé des prophéties aladines, des histoires de génies de cuisine que les tubercules augustes m’ont contées.

Un jour d’apocalypse renaîtront les jardiniers, les planteurs, les cueilleurs, les marchands de légumes et les peintres avec leurs épluchures.

Ce jour-là, rompant les sceaux funestes, sans paroles, je reviendrai du fond profond jusque dans vos casseroles et je deviendrai vous.

[wp_cart:Épluchage:price:150:shipping:0.00:end]

[show_wp_shopping_cart]

Leave a Reply