web analytics

Le violon exécuté

Huile sur toile 27×22 cm – janvier 2012

Toujours et encore peindre. Étudier les maîtres. Emprunter leurs sentiers. Réinterpréter. Au risque du massacre.

Trouver dans la touche et la couleur et le trait et la forme et la composition une musique personnelle. Entre rage et tristesse.

Peindre sur une trame suffisamment lâche pour laisser passer un peu de joie quand même. Ou un peu de sérénité au moins.

Un tout petit tableau, dans une série travaillant des sonorités cubistes.

Comme une aria da capo.

Mon trois-quarts est cassé. Ses notes se sont réfugiées, lasses, hélas, au fin fond d’une mémoire d’enfant. Ne reste plus qu’une plaisanterie qui dit qu’elles n’étaient que le résultat du frottement des crins d’une queue de cheval sur les boyaux d’un chat…

« La peinture est le métier le plus long et le plus difficile. Il lui faut l’érudition comme au compositeur, mais il lui faut aussi l’exécution comme au violon. » (Eugène Delacroix).

One Response to “Le violon exécuté”

  1. Aymen dit :

    En écho, ces queuqles mots d’Yves Klein :« Le bleu n’a pas de dimension, il est hors de dimension, tandis que les autres couleurs, elles, en ont […] Le bleu rappelle tout au plus la mer et le ciel, ce qu’il y a après tout de plus abstrait dans la nature tangible et visible. »(Réponse de lézardjaune: Klein pensait que le bleu ultramarin (IKB) de son invention était la couleur de l’air et du vide, vide où se meut la pensée avec agilité. Une couleur spirituelle. Son bleu monochrome, qui n’est pas un tableau mais un espace immatériel, révèle la beauté immanente du monde. Parfois, il arrive en Polynésie que la couleur d’un paysage touche à cet état d’abstraction cosmique et donne le vertige . Ce saut dans le vide est alors moins fatal que celui qui tuera Klein, le dématérialisant à son tour afin qu’il ne fasse qu’un avec son oeuvre.)

Leave a Reply