web analytics

Nue dans le vert

Huile sur toile – 46×38 cm – décembre 2011

Sa peau de velours vert jetait sur ma peinture

Des niches d’ombre douces aux reflets de nature

Sur ses seins déjà lourds j’avais mis des lumières

Aux tons songeurs et bleus d’une neige d’hiver.

Sous ses paupières closes flottait un rêve gris

Comme une étrange épave, comme un amour dépris.

Sous l’huile des pinceaux se glissait Baudelaire

Chantant un vieux poème dont je connaissais l’air

Qui me ravit en extase ; que j’aime à la fureur :

« La très chère était nue et connaissant mon cœur… »

[wp_cart:Nue dans le vert:price:250:shipping:0.00:end]

[show_wp_shopping_cart]

Leave a Reply