web analytics

Nicole

Huile sur toile 41×33 cm – décembre 2011

Nicole lit dans le salon où rosit l’ombre des jours. Des odeurs de white spirit, étrange esprit blanc, se mêlent à celles de la térébenthine.


Je peins comme un enfant heureux dans l’atelier paternel, au milieu des copeaux de bois, des parfums passés d’huile de lin, de brou de noix et de mastic à bois. Suis-je en train de peindre ou bien en train de lire dans quelque roman intérieur des regrets de fils prodigue ?


J’aimerais lire comme on peint et teinter l’âge et les jours enfuis.


Nicole a pris la pose et lit pour tromper le temps comme on trompe un amant, mine de rien. À quoi songe-t-elle alors que, pâle, l’hiver se glisse sur le velours des jours ?


Dans le salon qui murmure et embaume, il y a du gris qui lisse les tentures et moire les murs. Sur les pensées mauves elle a planté, fillette, un étroit ruban noir pour enserrer sa chevelure de jais qui s’argente. Son sourire est discret et – légèrement, gentiment – moqueur.


Il fait face à la nuit qui rode et à Marc qui rugit.

[wp_cart:Nicole:price:250:shipping:0.00:end]

[show_wp_shopping_cart]

Leave a Reply