web analytics

La maison de Dali à Port Lligat.

Encre sur mon carnet – Cadaqués, Port Lligat – août 2011

La maison de Dali sent les immortelles. Je me rêve couché dans son lit. Un miroir offre à mes songes l’eau du port qui ronge en moi une roche éternelle. La crinière argentée de la colline échevelée d’oliviers somnole au midi. Des couleurs incandescentes courent de neurones verts en synapses blanches dans les têtes fendues.

Les seins nus de Gala me hantent. Un phallus double garde la sortie.

Sisyphe, je voyage sans trêve sur le grand chevalet-ascenseur. La cage de métal brûlant m’isole  de l’étage magistral à jamais.

Leave a Reply